En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Actualités

La première pierre du futur collège du Plessis-Bouchard

Par communication cd95, publié le lundi 31 mai 2021 15:09 - Mis à jour le mercredi 2 juin 2021 10:13
visuel collège Plessis-bouchard.jpg
Vendredi 14 mai, Marie-Christine Cavecchi, Présidente du Département du Val d’Oise, a posé la première pierre du futur collège du Plessis-Bouchard aux côtés des élus du Département Virginie Tinland, Gérard Lambert-Motte et Laetitia Boisseau.

Le Département du Val d’Oise a investi 18,6 millions d’euros dans la construction de ce nouvel établissement. Il sera ouvert à la rentrée de septembre 2022. L'établissement aura une capacité d'accueil de 600 élèves. Il comportera, outre les locaux d'enseignement, un service de demi-pension pouvant recevoir 400 élèves ainsi qu’une cour de récréation, un local à vélo de 80m² et 4 logements de fonction.

Il remplacera le collège actuel Marcel Pagnol devenu vieillissant et inadapté. "Au Plessis-Bouchard comme ailleurs, l’on n’échappe pas à la règle démographique: le collège Marcel Pagnol est saturé. Son taux d’occupation est de 140 %" précise la Présidente du Département, Marie-Christine Cavecchi.

A la demande du Département, le cabinet d'architecte a imaginé un bâtiment résolument innovant dans ses conceptions architecturale et écologique, en connexion avec la ville et son environnement. "C’est un projet cohérant avec la vision que nous avons de l’éducation de nos enfants, et de la place que nous souhaitons lui accorder au coeur de notre société" souligne Marie-Christine Cavecchi.

La mairie du Plessis-Bouchard démarrera la construction d'un gymnase à proximité du collège, avec le soutien financier du Département.

D’ici 2025, six nouveaux établissements seront construits en Val d’Oise : ici même au Plessis-Bouchard, à Cergy, à Persan, à Osny, à Villiers-le-Bel ou encore à Argenteuil. Ces établissements neufs représentent un investissement global de 100 millions d’euros, auxquels il faut ajouter les travaux d'extension et de restructuration des autres établissements qui le nécessitent.